Oiseaux.ch

Le portail de référence des oiseaux sauvages en Suisse

Observation, étude, protection et photographie des oiseaux sauvages

La chronique
de Lionel Maumary

Un Chevalier grivelé sur l'île aux oiseaux de Préverenges !

Lionel Maumary, Oiseaux.ch, 30.05.2013


illustration

Le 29 mai 2013, un Chevalier grivelé en plumage nuptial a fait escale sur l'île aux oiseaux de Préverenges, découvert tôt le matin par Michel Jaquet. Il a parcouru l'île de long en large en compagnie d'un Chevalier guignette, recherchant sa nourriture aussi bien sur la digue que sur les vasières. Cette journée folle, qui a vu se rassembler plus de 100 ornithologues venus de toute la Suisse admirer ce chevalier américain, a aussi vu défiler de nombreux limicoles : 20 Chevaliers gambettes, 8 Bécasseaux sanderlings, 1 Barge rousse et 2 Grands Gravelots. Au même moment, un Bécasseau tacheté, probablement aussi d'origine américaine, a été découvert dans la plaine de la Broye (Pré Bovet) par Pascal Rapin. Il s'agit de la 3e donnée suisse du Chevalier grivelé, la dernière datant du 23 mai 1970 au Fanel. Pour anecdote, il répondait à la repasse des cris du Chevalier guignette mais pas aux cris de son espèce...

Le Chevalier grivelé est la contrepartie américaine du Guignette, en tout point semblable quant à la structure, l’habitat et les mœurs mais la poitrine se ponctue de taches noires en plumage nuptial, évoquant le grivelé d’une Draine. C’est un égaré extrêmement rare en Europe continentale mais presque régulier en Grande-Bretagne et il a même niché en Ecosse. Très semblable au Guignette en plumage juvénile ou hivernal, il s’en distingue par sa queue plus courte, dépassant moins le bout des ailes, ses pattes plus jaunes et son bec plus pâle à la base et arqué.

Le Chevalier grivelé niche dans presque toute l’Amérique du Nord, à l’exception des zones les plus septentrionales du Canada et les plus méridionales des Etats-Unis. Il hiverne principalement en Amérique centrale et du sud jusque dans le nord de l’Argentine et du Chili, un petit nombre demeurant dans le sud des Etats-Unis. Le Canada héberge au moins 50'000 couples. En Suisse et sur les rives limitrophes du lac de Constance, l’espèce est apparue une fois respectivement au Fanel NE, à Lindau D et au delta du Rhin A. Dans les pays limitrophes, on connaît en outre 11 données en France, au moins 5 en Allemagne et une en Italie au XXe siècle.

Le Chevalier grivelé apparaît en Europe occidentale principalement entre août et novembre et hiverne occasionnellement. Les données de printemps telles que celle du Fanel sont extrêmement rares et concernent probablement des oiseaux ayant atteint l’Ancien Monde au cours de l’automne précédent et qui se trompent de continent. La seule autre donnée printanière proche de la Suisse est celle d’un adulte en plumage nuptial le 13 mai 1996 à la Saulce (Hautes-Alpes, France).

Comme chez les autres égarés néarctiques, la plupart des données proviennent de Grande-Bretagne, où 93 observations ont été recensées jusqu’en 1991, dont 49 après 1981 ; un couple a niché sans succès en 1975 sur une rivière d’Ecosse. Les onze données françaises du Xxe siècle sont toutes postérieures à 1986, grâce à une meilleure connaissance des critères d’identification en plumage hivernal. L’oiseau du Fanel se tenait sur le petit îlot de gravier devant la roselière, à 150 m devant la tour d’observation neuchâteloise ; pour l’anecdote, ce fut le seul limicole observé de toute la journée ce jour-là !



pub

A propos de Lionel Maumary