Oiseaux.ch

Le portail de référence des oiseaux sauvages en Suisse

Observation, étude, protection et photographie des oiseaux sauvages

La chronique
de Lionel Maumary

L'Aigle de Bonelli qui aimait la Suisse

Lionel Maumary, Oiseaux.ch, 11.04.2014

Depuis 4 ans, un Aigle de Bonelli Hieraaetus fasciatus adulte hante la Suisse. Insaisissable, cet oiseau semble sans véritable attache, mais montre une prédilection pour le Jura neuchâtelois et bernois, notamment le val de Ruz, où il a été vu pour la première fois en mai 2010 à Chézard NE par Julien Mazenauer et Gabriel Marcacci, qui l'ont revu plusieurs fois au même endroit les années suivantes. Libre de toute contrainte familiale, cet oiseau original âgé aujourd'hui d'au moins 7 ans passe sa vie à se promener sans l'arc jurassien entre Olten SO et Bière VD, ayant même fait des incursions sur le Plateau à Wetzikon ZH et au bord de la Sarine à Fribourg, où il a séjourné une semaine. Le mystère quant à son régime alimentaire helvétique reste entier, ce rapace étant spécialisé dans la capture de Lapins de garenne et de Perdrix rouges dans le sud de la France. Cette espèce rare, réputée très sédentaire à l'âge adulte, n'avait jamais été observée auparavant en Suisse, les couples reproducteurs les plus proches se trouvant dans le sud de la France dans les gorges de l'Ardèche, à 230 km de la frontière.


illustration

Aigle de Bonelli adulte photographié dans le Sultanat d'Oman. L. Maumary.
L'Aigle de Bonelli niche autour de la Méditerranée, puis de la Turquie à la Chine, deux autres sous-espèces nichant dans les îles de la Sonde et en Afrique sub-saharienne. En Europe, cet aigle niche principalement en Espagne, qui héberge 80 % de la population avec 700 couples, les quelque 150 derniers couples étant répartis entre le Portugal, la Grèce, la France, l'Italie, la Croatie et l'Albanie. L'espèce est largement sédentaire dans l'ensemble de son aire de répartition, mais les jeunes des montagnes de Provence descendent régulièrement au bord de la mer (Camargue, Crau), notamment en hiver.

En France, la dispersion juvénile entre juillet et octobre peut égarer des oiseaux loin de leur site de naissance dans toutes les directions : Paris, Seine-et-Marne, Yvelines, Aube, Somme, Pas-de-Calais, Loiret, Loir-et-Cher, Loire-Atlantique, Vendée, Cantal, Puy-de-Dôme, Loire, Haute-Savoie, Hautes-Alpes, Isère.

L'Aigle de Bonelli habite les bas reliefs montagneux des régions chaudes et sèches, garrigues, maquis ou semi-déserts possédant des falaises suffisamment élevées pour la nidification. Diurne et solitaire, il se nourrit principalement de rongeurs et d'oiseaux de taille moyenne, préférant le Lapin de Garenne Oryctolagus cuniculus et la Perdrix rouge Alectoris rufa dans la région méditerranéenne. Ses proies sont généralement capturées au sol, mais il est suffisamment agile pour attraper des oiseaux tels que pigeons ou corvidés en vol. Les couples chassent parfois de concert. Farouche, il se tient le plus souvent perché au sommet d'un piton rocheux ou une arête inaccessible, d'où il surveille son territoire.

Cet aigle très rare est menacé d'extinction dans plusieurs pays d'Europe, en France notamment, où il ne subsistait plus que 25 couples à la fin du XXe siècle. Les deux causes principales du déclin sont les électrocutions et les tirs, qui continuent par endroit.



Liste des observations en Suisse, probablement toutes du même adulte :
24 mai 2010 Chézard NE (J. Mazenauer, G. Marcacci)
2 décembre 2010 Olten/Dulliken SO (D. Hagist et al.)
24 mai 2012 Chézard NE (J. & V. Mazenauer, G. Marcacci)
8 juillet 2013 Moutier BE (Y. Künzi)
14 octobre 2012 Wetzikon ZH (C. Koller)
5 mai 2013 Bière VD (H. Duperrex par O. Jean-Petit-Matile)
18 mai 2013 Chézard NE (J. Mazenauer, G. Marcacci)
Octobre 2013 (1 semaine) Fribourg
17 mars 2014 crête de Chaumon/Neuchâtel (A. Barras)
6 avril 2014 Sonceboz/Sombeval BE (H. Guerrin)
11 avril 2014 Corgémont BE (T. Guillaume & L. Maumary)

Lac de Constance :
1985 : 17 octobre : 1 ind. Pfänder (V. Blum, E. Winter)



pub

A propos de Lionel Maumary