Oiseaux.ch

Le portail de référence des oiseaux sauvages en Suisse

Observation, étude, protection et photographie des oiseaux sauvages

La chronique
de Lionel Maumary

Une Mouette atricille sur le Léman !

Lionel Maumary, Oiseaux.ch, 24.09.2019

En fin de matinée du 22 septembre 2019, après avoir traversé le Léman en bateau depuis l'embouchure de la Venoge à Préverenges à la recherche de laridés rares et labbes, nous retournons bredouilles depuis la plage d'Excenevex F, en compagnie d'Arthur Aigroz, Florian Blandenier, Théo Galster et Maxime Knecht. Arrivés au milieu du lac, les laridés, repus, ont cessé de suivre le bateau. Je décide alors de faire un détour par l'embouchure de L'Aubonne pour attirer de nouveaux laridés. Arrivés devant le port d'Allaman, je repère une Mouette atricille qui fait une courte apparition en vol devant le bateau ! L'effervescence à bord et autour du bateau nous fait la perdre pendant 5 bonnes minutes, avant que nous la retrouvions posée sur un enrochement devant la plage. Très peu farouche et friande de pain et d'alevins récupérés auprès des nombreux pêcheurs présents, cette Mouette atricille de 2e année civile se laissera observer toute l'après-midi par de nombreux ornithologues venus de toute la Suisse. Elle passe l'essentiel de son temps à faire sa toilette tout en se reposant et en digérant les alevins glanés dans le port et le pain distribué par les ornithologues, qu'elle attrape très efficacement à quelques dizaines de centimètres du bateau. Nous apprendrons plus tard que l'ornithologue local Bernard Genton l'a découverte indépendemment dès 9h30 le matin même. Malgré d'intenses recherches, elle n'a pas été revue le lendemain matin, mais est réapparue à la tombée de la nuit, lorsque Mathieu Bally l'a repérée au large dans un grand groupe de laridés. Il s'agit de la première donnée lémanique de cette espèce ainsi que de la première pour la Suisse romande e t la 3e pour notre pays. En effet, un oiseau trouvé en octobre 1848 à Genève, décrit comme jeune Mouette atricille par G. Fatio, et dont V. Fatio avait déjà mis en doute la détermination, a été plus tard reconnu comme jeune Mouette mélanocéphale.


illustration

Mouette atricille 2 a.c. et Mouette rieuse adulte, Allaman VD, 22 septembre 2019. Lionel Maumary.

La sous-espèce nominale niche aux Grandes et Petites Antilles et sur les îles au large du Venezuela, remplacée par L. a. megalopterus du golfe de Californie au golfe du Mexique et de la Nouvelle-Ecosse (Canada) à la Floride (Etats-Unis). L'effectif mondial de l'espèce est estimé à 807'000-837'000 individus. La sous-espèce nominale hiverne sur les côtes d'Amérique centrale et du Sud, au sud jusqu'au nord du Brésil, tandis que L. a. megalopterus hiverne du sud des Etats-Unis au Pérou.

Un adulte a hiverné sur le lac de Thoune du 19 décembre 2005 au 22 mars 2006. Une autre, découverte le 30 octobre 2006 à Lucerne, portait une bague qui lui avait été posée le 21 juin 2001 à Zwillbrocker Venn (Rhénanie-du-Nord-Westphalie D). Il s'agissait d'un oiseau bagué et connu en Allemagne sous le nom de «Atze ». Il a été capturé et bagué le 1er juin 2001 à Zwillbrocker Venn, près de Vreden (Rhénanie-du-Nord-Westphalie), non loin de la frontière des Pays-Bas dans une colonie de Mouettes rieuses. « Atze » a également été observé aux Pays-Bas, en Italie et en Espagne. Une jeune Mouette mélanocéphale tuée en octobre 1848 à Genève, la première pour le Léman (!), avait d'abord été identifiée comme Mouette atricille. Dans les pays voisins de la Suisse jusqu'à la fin du XXe siècle, on connaît 29 données en France (jusqu'en 2003), 3 en Allemagne (jusqu'en 2001), 1 en Autriche (jusqu'en 2003) et 1 en Italie (jusqu'en 2001). Parmi ces données, 5 proviennent de l'intérieur du continent : un individu de 1er hiver le 15 décembre 1990 à Viriat (Ain F), un adulte le 14 avril 1993 à St-Marcel (Saône-et-Loire F), un adulte le 11 mai 1972 à la retenue de Völkermarkt (Carinthie A), un adulte le 3 avril 1997 dans les Rieselfelder de Münster D ainsi qu'un adulte au cours des printemps-étés 2001 (dès le 11 avril) et 2002 au Zwillbrocker Venn (Rhénanie-du-Nord-Westphalie D) dans une colonie de laridés.

La Mouette atricille recherche les eaux côtières chaudes, nichant sur des îlots rocailleux ou sablonneux, dans des marais salants, plus rarement au bord des lacs et rivières. Diurne et grégaire, elle se nourrit essentiellement d'invertébrés aquatiques picorés à la surface de l'eau ainsi que de poissons, occasionnellement aussi d'insectes capturés en vol, de lombrics dans les champs labourés et de larves d'insectes; elle visite les stations d'épuration et les décharges. L'espèce parasite parfois des laridés et d'autres oiseaux d'eau, s'attaquant même à des oeufs ou des poussins. Elle suit les bateaux de pêche. L'oiseau du lac de Thoune se tenait souvent en compagnie de Mouettes rieuses et de Goélands cendrés aux points de nourrissage, d'abord devant une baraque de pêcheur à Merligen BE où elle prenait le pain presque jusque dans la main de l'Homme. Elle se perchait fréquemment sur des bateaux ou sur des toits. Son cri est un rire «ha-ha-ha» qui lui a valu son nom anglais de «Mouette rieuse».

La migration d'automne débute mi-août, culminant entre septembre et novembre. Le retour sur les lieux de nidifications a lieu de mi-février à mi-avril. En Europe, les observations ont lieu en toute saison, avec un léger pic en automne et en hiver. La plupart de ces oiseaux sont déportés par les tempêtes au-dessus de l'Atlantique en automne, dans le cas de l'individu helvétique probablement par l'ouragan «Wilma» (tout comme pour la Mouette de Franklin hivernant simultanément): pendant la deuxième semaine d'octobre 2005, une très large perturbation tropicale s'est développée
au-dessus de la mer des Caraïbes au sud-ouest de la Jamaïque. Le 18 octobre, «Wilma» tourna vers l'ouest-nord-ouest en devenant ouragan. Le 19 octobre, les vents atteignaient les 295 km/h, faisant de «Wilma» un cyclone de la catégorie 5 (maximale) et le 3e ouragan de la saison 2005 après «Katrina» et «Rita». Le 23 octobre «Wilma» atteignait le golfe du Mexique, poursuivait vers le nord-est, puis s'affaiblissait notablement 2 jours plus tard. Suite à cet ouragan, environ 80 Mouettes atricilles et à peu près 13 Mouettes de Franklin ont été observées en novembre et décembre sur les îles Britanniques, en France, en Espagne et au Portugal.

La Mouette atricille avait disparu d'une grande partie de son aire dereproduction vers 1900, suite au commerce de ses oeufs et de ses plumes. Les populations se sont rétablies dès la mise sous protection de l'espèce en 1913. L'espèce ne paraît actuellement plus menacée.

DONNÉES SUISSES


[1] 19 décembre 2005-22 mars 2006: lac de Thoune, surtout à Merligen BE, 1 ad., photo (M. Wettstein et al.).
[2] 30 octobre 2006: Lucerne, ad., phot., bagué le 1er juin 2001 à Zwillbrocker Venn (Rhénanie-du-Nord-Westphalie D) (B. Volet et al.).



pub

A propos de Lionel Maumary