Oiseaux.ch

Le portail de référence des oiseaux sauvages en Suisse

Observation, étude, protection et photographie des oiseaux sauvages

La chronique
de Lionel Maumary

Un Vanneau sociable dans la plaine de la Broye

Lionel Maumary, Oiseaux.ch, 05.02.2020

La première surprise de l'arrière-automne 2019 fut un jeune Vanneau sociable Chettusia gregaria, découvert par Verena Doebelin dans un groupe de plusieurs centaines de Vanneaux huppés Vanellus vanellus le 5 novembre près de Payerne VD, rabattus dans la plaine de la Broye par les forts vents d'ouest. Il n'a pas été retrouvé les jours suivants malgré d'intenses recherches. Cette espèce des steppes du Kazakhtan, menacée d'extinction, n'avait plus été observée en Suisse depuis 13 ans, la dernière fois pendant la première semaine d'octobre 2006 à l'aéroport de Zurich.


illustration

Vanneau sociable dans un groupe de Vanneaux huppés. Payerne VD, 5 novembre 2019. V. Doebelin.

Le Vanneau sociable a une aire de nidification restreinte, du bassin de la Volga (Russie) à l'est du Kazakhstan. La Russie européenne hébergeait environ 1'000-2'100 couples à la fin du XXe siècle, mais la population globale n'excéde pas 600-1'800 oiseaux adultes aujourd'hui. L'espèce nichait jusqu'au Dniepr et en Crimée (Ukraine) au XIXe siècle. Les zones d'hivernage se trouvent au Soudan, en Erythrée, au Kenya, sur la péninsule Arabique, en Iraq, en Israël, au Pakistan et dans le nord-ouest de l'Inde. Des oiseaux isolés accompagnent parfois les groupes de Vanneaux huppés provenant des mêmes régions mais migrant vers l'ouest, parvenant ainsi en Europe occidentale. Dans les pays voisins de la Suisse, la France compte 70 données (jusqu'en 2003), l'Allemagne plus de 53 (jusqu'en 1999), l'Autriche 7 (jusqu'en 2002) et l'Italie environ 50 (jusqu'en 2002) ; la Grande-Bretagne compte 41 données jusqu'en 2003, principalement de septembre à novembre alors que la plupart des données continentales sont printanières. En Suisse, l'espèce a été observée 16 fois jusqu'en 2019 dans les plaines agricoles du Plateau, à l'exception d'une donnée aux Bolle di Magadino TI. La région comprise entre le canal de la Broye FR/BE et l'Emme BE recueille 10 des 16 observations, dont 6 dans le Seeland BE/FR. Trois données proviennent en outre
du delta du Rhin A.

Les oiseaux quittent les terrains de nidification en août/septembre et atteignent leurs quartiers d'hiver en septembre/octobre. Les hivernants s'en vont en mars/avril et arrivent sur les sites de nidification en avril/mai. Les Vanneaux sociables observés en Suisse et au delta du Rhin A limitrophe étaient tous associés à des groupes de Vanneaux huppés, dont les pics migratoires se situent environ un mois plus tôt au printemps et un mois plus tard en automne : les 13 données de printemps sont comprises entre le 13 mars et le 20 avril (dont 6 dans la première décade d'avril) et les 6 d'automne du 29 septembre au 26 novembre.

Paradoxalement, l'espèce n'a été observée qu'à partir de 1957 en Suisse, moment où elle a commencé à se raréfier: au Kazakhstan, les rassemblements postnuptiaux, qui s'élevaient à 100-1'000 oiseaux en 1930, n'en comptaient plus que quelques dizaines après 1970. La population du nord du Kazakhstan s'est réduite de 40% entre 1930 et 1960, et a encore diminué de moitié jusqu'en 1987. Cette tendance se poursuit encore actuellement. Le même constat est valable en France, où 8 des 70 mentions sont antérieures à 1980. Cette fréquence plus élevée peut en grande partie s'expliquer par une recherche plus active de l'espèce dans les bandes de Vanneaux huppés; il est possible aussi que la raréfaction du Vanneau sociable incite les individus ne trouvant pas de congénères à se joindre aux Vanneaux huppés qui nichent dans les mêmes régions et à les suivre dans leur migration vers l'Europe.

Le Vanneau sociable est inféodé à la steppe primitive, nichant dans les zones à stipes pennées Stipa pennata et à armoises Artemisia sp. Il hiverne dans les régions semi-désertiques, les steppes, savanes et champs cultivés. En migration à travers la Suisse avec les Vanneaux huppés, il recherche les champs labourés, les pâturages ou les cultures de céréales d'hiver, le plus souvent sur les sols tourbeux dans le Seeland BE/FR. Diurne, il se nourrit d'invertébrés terrestres, notamment de lombrics et d'insectes ainsi que, dans une moindre mesure, de graines et de pousses végétales. A l'instar des Vanneaux huppés, de longues phases de repos alternent avec les périodes de recherche de nourriture; comme ces derniers, il s'immobilise pour observer et écouter entre chaque capture. Les migrateurs ne s'attardent guère plus d'une journée au même endroit, mais des séjours de plus de 3 jours ont récemment été constatés. Les oiseaux sont généralement silencieux hors de la période de nidification, mais émettent parfois un «krek-krek-krek» bref et guttural.

Comme les autres espèces confinées aux steppes kazakhes (Glaréole à ailes noires,Syrrhapte paradoxal, Alouette leucoptère, Alouette nègre), le Vanneau sociable se raréfie de manière inquiétante. Son déclin est principalement dû à la destruction de la steppe originelle pour l'agriculture intensive. Le surpâturage rend les nids vulnérables au piétinement par le bétail, et la plantation de haies coupe-vent dans la steppe favorise la colonisation par les Corbeaux freux qui pillent les couvées. L'aridité croissante du climat constitue régionalement un facteur négatif supplémentair. La région du Seeland BE/FR semble devenir un site d'escale régulier, où les revitalisations en cours ne peuvent qu'être favorables à l'espèce.

DONNÉES SUISSES (16/16):


[1] 18 novembre 1957: bassin d'Ermatingen TG/D, 1 ind. ;
[2] 1er avril 1985: Mathod VD, 1 ind. et 20 avril 1985 Ersigen BE, 1 ind. ;
[3] 10 avril 1987: Cossonay VD, 1 ind. (F. Berthoud) ;
[4] 4-6 avril 1988: Fraubrunnen BE, 1 ind. (R. & H. Ryser, W. & I. Thönen) ;
[5] 26 mars 1994: Fanel BE/NE, 1 ind. (G. Schuler, B. Straub) ;
[6] 7 octobre 1994: Bolle di Magadino TI, 1 ind. (B. Herren, C. Foletti, C. Haag, R. Lardelli et al.) ;
[7] 2 avril 1995: Utzenstorf BE, 1 ind. (H. Ryser) ;
[8] 19 mars 2000: Siselen et Kallnach BE, 1 ? ad., photo (M. Ritschard et al.) ;
[9] 8-13 avril 2000: Bellechasse/Sugiez FR, 1 ad. (A. & L. Riedo et al.) ;
[10] 29 septembre-4 octobre 2000: Kerzers FR, 1 ind. 1 a.c., photo (J. Fischer et al.) ;
[11] 28-31 mars 2001: Kallnach BE, 1 ind., photo (M. Ritschard et al.) et 1er avril 2001: Sugiez FR, 1 ind. (P. Mosimann-Kampe et al.) ;
[12] 17-26 novembre 2002: Grand Marais BE/FR, 1 ind. 1 a.c., photo (S. Bachmann et al.) ;
[13] 13-20 mars 2003: Grand Marais BE/FR, 1 ind., photo (P. Mosimann-Kampe et al.) ;
[14] 29 mars 2004: Flachsee Unterlunkhofen AG, 1 ad. (A. Huber, P. Roth, G. Vonwil, S. Meuter, L. Trefzer);



pub

A propos de Lionel Maumary