Oiseaux.ch

Le portail de référence des oiseaux sauvages en Suisse

Observation, étude, protection et photographie des oiseaux sauvages

La chronique
de Lionel Maumary

Un Elanion en Champagne genevoise

Lionel Maumary, Oiseaux.ch, 15.08.2008

illustration

Un Elanion en Champagne genevoise

Depuis le début du mois d’août, un Elanion blanc hante les jachères de la Champagne genevoise. Il est facilement observable à l’aide d’une longue-vue depuis la route entre Laconnex et Sézegnin. Il se trouve la plupart du temps à l’ouest de cette route au lieu dit Forestal. Il ne faut sous aucun prétexte sortir des chemins. Il s’agit du 4e individu observé en Suisse, mais c’est aussi le 3e pour la région de Genève : le premier avait été observé le 29 février 1990 à Pougny (Ain F) avant d’être retrouvé sur territoire suisse à Cartigny le 29 avril 1990 ; tout récemment, mi-juillet 2008, un autre individu a été repéré en Haute-Savoie F toute proche.

L’Elanion blanc niche surtout dans le sud de l’Afrique, en Inde et dans le sud-est de l’Asie. Quelques populations nichent dans le nord de l’Afrique, le long du Nil en Egypte, au Maroc, dans le nord de l’Algérie et de la Tunisie ainsi que sur la péninsule Ibérique. L’expansion de l’espèce au Portugal et en Espagne est une conséquence du défrichement des forêts de chênes en Espagne pendant les années 50 et 60, probablement aussi favorisée par le réchauffement climatique. Il est maintenant nicheur régulier dans le sud-ouest de la France avec un effectif de 4-7 couples, et un couple a même été observé d’août 1994 à mai 1995 en Normandie. En 1998, un couple s’est reproduit dans les Grands Causses de Lozère, et en 2005 un couple a niché près de Lyon.

Dans la région méditerranéenne, l’Elanion blanc niche principalement de février à avril. Nomade, il se disperse plus ou moins loin hors de la période de reproduction, ce qui explique l’apparition d’égarés jusqu’en Suisse. En Europe, l’Elanion blanc niche dans les vergers d’oliviers et d’autres milieux semi-ouverts. En hiver, il fréquente les plaines agricoles ouvertes, souvent au bord des routes à l’affût des micromammifères dont il se nourrit. Les passereaux, reptiles et invertébrés complètent le régime alimentaire. Plutôt solitaires lorsqu’ils chassent, les Elanions se rassemblent dans des dortoirs communautaires hors de la période de reproduction.

Les observations en Suisse s’inscrivent dans le cadre de l’expansion observée sur la péninsule Ibérique puis en France: suite à la progression de l’espèce dans la péninsule Ibérique depuis 1950, la présence de couples cantonnés a été signalée dans les Pyrénées-Atlantiques F, puis dans les Landes F au début des années 80. De 1983 à 1989, un couple a construit un nid à la limite de ces 2 départements, sans qu’il y ait eu reproduction. Le premier élevage de jeunes jusqu’à l’envol a eu lieu en 1990 ; depuis cette date, 4-7 couples se sont reproduits, essentiellement dans les Landes, avec 75 jeunes à l’envol jusqu’en 2002. Il est possible que l’espèce se soit déjà reproduite en France au XIXe siècle. L’Elanion blanc ne paraît actuellement pas menacé, mais il est localement affecté par l’utilisation de pesticides et par l’intensification de l’agriculture.

Rien que pour 2007, 70 jeunes à l'envol pour 21 couples en Acquitaine, 43 pour 2006....de bonne augure! Plus d'infos... PDF



pub

A propos de Lionel Maumary